comédien

  • Le 08 novembre 1998 "Le bossu" tirait sa révérence !

    marais.jpgJean Marais (né Jean Alfred Villain-Marais le 11 décembre 1913 à Cherbourg, mort le 8 novembre 1998 à Cannes) est un acteur français, ainsi qu'un metteur en scène, écrivain, peintre, sculpteur, potier, cascadeur. En 1993, Jean Marais reçoit un César d'honneur.

    Quand Jean Marais eut quatre ans, sa mère alsacienne décida de partir pour Paris avec ses deux fils. Ils vivaient jusque là à Cherbourg avec son frère et son père vétérinaire dont sa mère décida de se séparer. Elle était souvent absente. Le petit Jean lui écrivait des lettres mais c'était sa tante qui inscrivait l'adresse sur l'enveloppe. Il comprendrait plus tard que c'était parce que sa mère, kleptomane, effectuait des séjours en prison. Il fut élève au lycée Condorcet. Jean Marais ne reverrait son père que près de 40 ans plus tard, sans être sûr qu'il fût bien son père.

    Source: jesuismort.com

  • In memoriam: Pierre Doris décédait le 27 octobre 2009

     

    Capturer.JPGPierre Léon Doris, né le 29 octobre 1919, et mort le 27 octobre 2009, est un comédien et humoriste français. De son vrai nom Pierre Tugot, il tire son nom Doris de la ville Ris-Orangis. Son humour s'oriente franchement vers l'humour noir, il a influencé beaucoup d'humoristes français, dont Pierre DesprogesJean Yanne,Laurent Ruquier.

    Source: jesuismort.com

  • Gosselies-Viesville :L’ultime ovation pour le comédien Gérald Wauthia

    Capturer.JPG

    Un acteur de grand talent s’en est allé, ce jeudi après midi, au crématorium de Gosselies. Gérald Wauthia, âgé de 38 ans et natif de Viesville, était connu à la fois pour son imposante carrure, son extrême sensibilité et un humour omniprésent, sur la scène comme dans la vie.

    Une vie qui s’est terminée brutalement, par arrêt cardiaque, dans la nuit de dimanche à lundi.

    Issu du Conservatoire de Bruxelles, Gérald Wauthia a joué dans de très nombreuses pièces. Parmi les dernières en date, on citera « Le Mystère Sherlock Holmes » au Théâtre du Parc et « Frankenstein » à l’abbaye de Villers-la-Ville.

     Il avait aussi entamé une carrière cinématographique prometteuse. Marié et père de deux petites filles, il a été salué par une ultime salve d’applaudissements par une foule de quelque deux cents personnes, parents et amis.