clown

  • A la une de votre Nouvelle Gazette de Charleroi : 29 octobre 2014

    Capturer.JPG

  • La psychose s'installe dans la région: Des méchants clowns ont été aperçus près de Mouscron et Gosselies

     

     clown wallonie.JPG

    Ce phénomène ne touchait que le nord de la France jusqu’à présent, mais depuis une semaine, les témoignages évoquant la présence de «Killers Clowns» (les clowns tueurs) en Wallonie se multiplient. Après Mouscron, une fausse rumeur faisait également état de la présence de ces clown à l'école d'Estaimpuis. 

    Un nouveau phénomène semble s’abattre sur la Wallonie. Les « Killers Clowns », ces personnes déguisées en clowns effrayants, ont visiblement dépassé la frontière française, où les premiers cas ont été signalés dans le dernier mois, entre Douai et Valenciennes. Des clowns ont également été signalés près de Mouscron, le week-end dernier, avant l’annonce d’un de ces êtres effrayants aux abords de Gosselies, près de Charleroi. Du côté de Verviers, la zone de police du Pays de Herve a déjà annoncé la tolérance zéro pour toutes les personnes portant ce type de costume malveillant.

    suite de l'article ICI

  • Inédit: Des enfants agressent et volent un clown sur la foire de Charleroi

    Un clown, arborant une perruque, une robe ainsi que des chaussures bariolées gigantesques, qui s’élance à la poursuite d’un groupe de gamins… Cette scène pour le moins cocasse s’est déroulée jeudi dernier sur la foire de Charleroi. Et elle n’a rien d’un jeu ou d’une blague, non. Après avoir distribué des ballons aux enfants, Fabrice, alias Sono Babis, a été agressé et volé par cinq voyous en culotte courte.

    Fabrice Pennetier, mieux connu sous le nom de scène Sono Babis explique : « Le premier mai, j’ai distribué, avec une clownette, gratuitement des ballons sur la foire de Charleroi. Cinq enfants, de six à dix ans, n’arrêtaient pas d’en réclamer. À la fin de notre prestation, ils nous ont suivis jusqu’à notre camionnette. »

    « Leur système est rodé, pointe-t-il. Pour arriver à leurs fins, ils m’ont assailli et bombardé de questions. Ils n’arrêtaient pas de toucher à mes affaires. Leur but était clairement de détourner mon attention. Et là, bam ! Deux d’entre eux en ont profité pour emporter ce qu’ils avaient repéré. Une poignée de ballons, des pièces de monnaie mais surtout son appareil photo. Puis, ils ont tous pris la fuite. »

    Un jeu d’enfants ? C’était sans compter sur la détermination du clown, qui malgré ses chaussures peu adaptées pour ce cent mètres improvisé, s’est lancé à la poursuite de ses agresseurs. « Je suis quand même parvenu à les retrouver. Ils ne s’attendaient pas à me voir derrière eux. J’ai réussi à attraper un de mes voleurs. Âgé d’à peine six ans ! »

    Le Carolo a ramené l’enfant près de la camionnette et a ensuite contacté les forces de l’ordre. « Entre-temps, une dame a débarqué de nulle part, poursuit-il. Elle a appelé le patriarche. Cinq minutes plus tard, la maman me conduisait avec la police dans un restaurant installé non loin de là. Ils étaient tous là ! Ils m’ont rendu mon bien. »