chichas

  • Pont-à-Celles: des élèves de première et deuxième secondaire fouillés à l'entrée de l'athénée royale

    E.V.

    Hier matin, ordre a été donné de fouiller les cartables des élèves de première et deuxième secondaires de l’athénée royal de Pont-à-Celles. Le personnel enseignant était à la recherche de cigarettes électroniques « améliorées ». Ces pratiques ont scandalisé de nombreux parents d’enfants. Tension, tension…

    « Je suis d’accord sur le fond mais la forme est tout bonnement indécente. Ils n’avaient pas le droit de toucher aux enfants », déplore avec force, sur les ondes de Bel RTL, Julien, un papa d’élève originaire de Charleroi. L’objet de son énervement ? Des fouilles menées sur des enfants de première et deuxième secondaires de l’athénée royal de Pont-à-Celles.

    « La préfète de l’établissement a donné l’ordre au proviseur ainsi qu’aux éducateurs de mener des fouilles au corps sur ces mineurs », explique-t-il. « Ils ont tâté leurs bras et leurs jambes. Ils ont été contraints de vider les poches de leur manteau, de vider leur sac d’école mais aussi de sortir leur GSM. Le personnel enseignant s’est ainsi permis de jeter un œil dans leur téléphone portable. Ils ont même effacé des SMS ! Le but de la manœuvre ? Ils voulaient apparemment trouver des appareils qui sont un peu comme des chichas dans un bic. Ce serait une nouvelle mode, paraît-il. »