car

  • Cocorico....Les champions belges de side-car sont Carolos originaire de Châtelet et Pont-à-Celles (Luttre)

    C’est le 3e titre de Jean-Claude Deroo et Flavien Burton dans ce sport parfois méconnu.

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,luttre,side,car,moto,compétition,champion,belgique,burton

    A gauche Jean-Claude Deroo - A droite Flavien Burton

     Pour la troisième fois d’affilée, le titre de champions de Belgique de side-car revient à un équipage carolo. Cela fait maintenant six ans que Jean-Claude Deroo, 53 ans, le pilote originaire de Châtelet et Flavien Burton, 35 ans, un Luttrois passager du side-car, pratiquent cette discipline très impressionnante, bien que méconnue.

    « Nous nous sommes rencontrés sur les circuits de moto », explique les deux membres de l’équipage. « Nous étions pilotes tous les deux, et nous avions créé des liens d’amitié. C’est en 2010 que l’idée nous est venue de créer un équipage de side-car. » Ici, on est loin de la petite moto sur laquelle est attaché un panier pour un passager. Les équipages font la course sur des châssis inspirés de l’aéronautique, équipés de moteurs de moto de 600 centimètres cubes et de 150 chevaux, pouvant monter jusqu’à 250 km/h.

    LES DÉBUTS EN 2010

    Les deux amis se lancent donc dans l’aventure : ils s’achètent une machine, en payant de leur poche. « Il faut quand même compter 40.000 euros rien que pour le châssis », explique JeanClaude Deroo. «À cela, il faut rajouter deux moteurs, pour en avoir un de rechange en cas de casse… »

    Quelques sponsors viennent aider l’équipage, mais les revenus sont très loin de couvrir les frais de ces deux passionnés. « Nous faisons tout tous seuls »explique Flavien Burton. « C’est une véritable passion, et on pratique pour le plaisir. Un passetemps qui coûte cher bien sûr, et qui demande beaucoup de temps. Ce n’est pas évident de combiner ça avec nos emplois… » En effet, malgré leur triple titre de champions de Belgique, les deux pilotes ne peuvent pas vivre de leur sport. Jean-Claude Deroo travaille donc dans la construction, Flavien Burton est quant à lui menuisier.

    « Ce n’est pas évident, car en plus de devoir acheter le side-car, il faut aussi compter les trajets, les inscriptions aux courses, les réparations… », explique l’équipage. « En moyenne, une saison coûte entre 10 et 15.000 euros. Tout en sachant que les courses se dé- roulent sur un week-end comme en Formule 1. Nous devons donc prendre congé dès le jeudi pour organiser le transport, ainsi que le lundi pour tout ranger. Mais nous le faisons par passion, donc les sacrifices ne sont pas vains. »

    AVEC LES MEILLEURS MONDIAUX

    Cette année, les deux amis se sont même permis de sortir du championnat belge pour aller se frotter aux meilleurs pilotes mondiaux. « Nous avons participé à trois courses du championnat du monde », se réjouit Flavien Burton. « C’est un des seuls sports où les inscriptions sont libres. Pour se qualifier pour les courses, il faut juste être en dessous de 115 % du meilleur temps. » Les deux Carolos se sont donc inscrits à trois courses au milieu des meilleurs pilotes mondiaux, et ont réussi à se qualifier à chaque fois. « C’est d’ailleurs notre plus beau souvenir de compétition : notre première participation au championnat du monde », se remémore Flavien Burton. « C’était en Croatie, nous avons réussi à nous qualifier malgré que nous roulions en 600 centimètres cubes, contre les 1.000. Le drapeau belge a flotté pendant tout le week-end. Nous avons terminé sixième sur neuf, mais c’était un souvenir extraordinaire. »

    Pour les saisons prochaines, pourtant, l’ambition n’est pas au championnat du monde. « Nous l’avons fait cette année pour nous faire plaisir », explique Jean-Claude Deroo. « Le problème, c’est que ça coûterait trop cher si nous voulons rivaliser avec les meilleurs. Nous sommes toujours en recherche de sponsors pour nous aider, mais nous ne pouvons pas nous le permettre dans l’état actuel des choses… Par contre, nous remettons évidemment notre titre de champion de Belgique en jeu ! »

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,luttre,side,car,moto,compétition,champion,belgique,burton

    Article de G.FL parut dans la Nouvelle Gazette du 7 novembre 2016 (photo: De Patricia Hallaert, la maman de Flavien Burton )

  • Les champions belges de side-car sont Carolos originaire de Châtelet et Pont-à-Celles (Luttre) !

    C’est le 3e titre de Jean-Claude Deroo et Flavien Burton dans ce sport parfois méconnu.

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny

    Pour la troisième fois d’affilée, le titre de champions de Belgique de side-car revient à un équipage carolo. Cela fait maintenant six ans que Jean-Claude Deroo, 53 ans, le pilote originaire de Châtelet et Flavien Burton, 35 ans, un Luttrois passager du side-car, pratiquent cette discipline très impressionnante, bien que méconnue.

    L'article complet de G.FL dans la Nouvelle Gazette de ce lundi 7 novembre 2016

  • Thiméon: Le 23 juillet le "Foyer" organise un voyage à la Reine des plages

    pont-à-celles,thiméon,voyage,car,ostende,marchéOrganisateur: ASBL le Foyer de Thiméon

    Transport: Car

    Date: Jeudi 23 juillet 2015

    But du voyage: Jour du grand marché à Ostende + visite libre de la ville

    Prix: 15 € (quinze euros)

     

    Personne de contact: M.TH.Michaux (Tél. 071/356423)

  • Coup de gueule de votre blogueur: Entretien de votre véhicule à la limite de l'arnaque ...

    entretien.pngLes faits ne sont pas neuf, mais toujours d’actualités et je voudrai par mon expérience avertir mes lecteurs.

    La situation de départ : L’achat d’un véhicule neuf d’une grande marque Japonaise, ce dans la région du grand Charleroi. Le garage (du moins le nom du garagiste) a presque le monopole de cette enseigne dans la région.

    À l’achat de mon nouveau véhicule (dont je suis satisfait à 95%) je reçois une garantie d’usine de 3 ans. Le vendeur me propose un « deal qui d’après lui, je ne saurai refuser ». En effet, si je fais mes entretiens dans son établissement ET que j’accepte de porter son autocollant sur le pare-brise et la lunette arrière, il me fait une réduction de 10% sur le prix des entretiens et surtout qu’il garantit mon véhicule 7 ans.

    Sincèrement qui n’accepterait pas cette offre ? En tout cas, pour ma part j’ai donné mon accord à sa proposition. Rentrer à la maison, j’ai lu le manuel d’entretien et celui-ci conseil un entretien tous les 30.000 km ou au moins une fois l’an.

    Oups, j’ai donc du mal comprendre au garage, car celui-ci m’impose un entretien tous les 10.000 Kms !? Soit, j’ai effectué mon premier entretien (à 10.000 kms), oui à dix mille kilomètres, l’ordinateur de bord me rappelait sans cesse que le véhicule devait rentrer au garage.

    Puisqu’il y avait contradiction entre le bouquin d’entretien et le garage j’ai donc écrit à l’usine. Après plusieurs courriels celle-ci me confirme que mon véhicule ne doit subir un entretien que tous les 30.000 kms ou une foi l’an !

    Copie a été redirigé vers mon (depuis ex) garagiste qui ne veut pas en démordre. Pas de chance pour lui, depuis j’effectue mes entretiens à Nivelles ou le garagiste suit scrupuleusement le carnet d’entretien édité par la marque.

    Imaginons que le véhicule fait 30.000 kms par an, ce qui donnera 2 entretiens à 153€/entretien en plus par an, multiplié par 7 ans (durée de la garantie, garage) ce qui donne un surplus de coûts de 2142€ !

    En conclusion, cette garantie était trop chère, et il faut toujours lire son manuel d’entretien....

  • Gosselies, refus de permis unique pour trois parkings d'Easy car

    E.MA.

    Le collège échevinal de Charleroi a récemment refusé le permis unique à la SPRL Easy-car pour l’exploitation de parkings rue Joseph Wauters et rue des Émailleries à Gosselies. Cette demande de permis concernait deux parkings couverts de 28 places chacun et un parking en plein air pour 76 véhicules. En juillet dernier, le parquet de Charleroi avait fait une descente dans les vastes parkings exploités par Easy car près du BSCA et avait constaté que l’entreprise ne détenait pas les permis d’environnement requis pour une partie de ses 600 places.

    
Faute de permis pour certains terrains, Easy car a réduit ses activités

    Le parquet avait ordonné au gérant de cesser ses activités tant qu’il n’aurait pas obtenu le permis de classe II requis.

    Depuis, Easy car a perdu l’exclusivité qu’elle détenait sur le site internet de Ryanair et a fortement réduit ses activités. Elle continue à proposer des places de parking low-cost à proximité du BSCA, mais uniquement sur les terrains qui sont en règle.

    Easy-car avait introduit une demande de permis unique afin de régulariser sa situation et de pouvoir à nouveau garer les véhicules de ses clients sur ces trois terrains. Une demande qui a été rejetée par le collège échevinal de Charleroi qui a suivi l’avis négatif des fonctionnaires technique et délégué de la Région wallonne. « En fait, il s’agit d’un ancien entrepôt de meubles d’une entreprise de City Nord que la SPRL Easy car voulait réaffecter en parking. Or, ces trois terrains sont dans une zone d’affectation industrielle au plan de secteur, sans aucune dérogation possible. Il est donc impossible de transformer cet entrepôt en parking », explique Raphaël Stokis, le fonctionnaire délégué.

    La sprl Easy-car a 20 jours pour introduire un recours contre cette décision auprès de la Région wallonne.

    E.Ma.