canette

  • Wallonie: projet-pilote d’une prime de retour de 5 centimes par canette récoltée

    Edition numérique des abonnés

    Le projet-pilote que la Wallonie envisage dès la mi-2018 dans une grosse dizaine de communes pour lutter contre les dépôts sauvages de canettes devrait consister en une prime de retour de 5 centimes d’euro sur chaque canette rendue à une machine, a détaillé lundi le ministre wallon de l’Environnement Carlo Di Antonio.

    Les Régions envisagent depuis plusieurs années déjà l’instauration d’une consigne sur les canettes, comme le réclament les associations environnementales et certaines communes pour lutter contre les déchets sauvages.

    Mais les secteurs industriel, commercial et de gestion des déchets s’y opposent. Les Régions leur ont donné du temps pour mettre en place des initiatives de prévention, d’éducation du public (opérations de propreté) ou des projets-pilote de récolte, tout en veillant à se réserver l’épée de Damoclès de la consigne.

    Mais cette menace a reçu du plomb dans l’aile dernièrement, lorsque la N-VA s’est opposée à la consigne au gouvernement flamand. Or, consigner les canettes n’aurait de sens que si la mesure est prise à l’échelle de la Belgique, conviennent PS et MR, appuyés en cela par le ministre cdH.

    Dans leur accord de majorité, MR et cdH avaient convenu de s’en tenir à un projet-pilote, afin d’évaluer l’intérêt de la consigne et de prévenir d’éventuels effets pervers, notamment sur le petit commerce. C’est à cet égard notamment que le MR s’interroge sur l’opportunité de la consigne, que le cdH veut quant à lui voir aboutir. Ce lundi, en commission du parlement wallon, les échanges ont parfois été durs entre Olivier Maroy (MR) et Dimitri Fourny (cdH) sur une proposition de résolution cdH favorable à la consigne.

    On sait désormais que le projet-pilote - attendu à la mi-2018 dans une quinzaine de communes - ne prendra pas la forme d’une consignation, mais bien d’une prime de retour que paiera Fost-Plus, l’organisme privé qui finance la collecte sélective, le tri et le recyclage des déchets d’emballages ménagers. Les fédérations de l’industrie alimentaire (Fevia) et du commerce (Comeos) pourraient y donner leur feu vert en fin de semaine.

    Concrètement, cette prime de retour serait de 5 centimes d’euros - sans modification du prix de vente de la canette donc - à chaque canette usagée rendue dans une machine placée dans un lieu public (ou un commerce), a exposé le ministre Di Antonio.

    L’estimation du coût, pris en charge par Fost-Plus, serait de 250.000 euros pour deux ans (équipement, suivi, études, etc.), plus la partie variable non encore mesurable des 5 centimes par canette.

    «Le projet vise les canettes abandonnées en bord de route, que les mouvements de jeunesse par exemple pourraient récolter, mais on sait qu’il y aura aussi un effet de collecte à la maison», note le ministre Di Antonio.

    La consigne sur canettes est loin d’être abandonnée. Après débats, MR, cdH et PS ont approuvé la proposition de résolution de Dimitri Fourny demandant au gouvernement wallon d’organiser, après évaluation des projets-pilote à la mi-2020, la généralisation d’un système de consignation des canettes

    source : sudinfo

  • Une nouvelle taxe bientôt en Wallonie: une consigne de 0,50 € par cannette

    Comment lutter contre les déchets que constituent les cannettes de boisson ? Tout simplement en les consignant, comme c’est le cas pour certaines bouteilles de bière. Le projet va se concrétiser dans les prochains mois.

     

    Dans très peu de temps, votre cannette de 33cl de votre soda préféré vous coûtera 0,50 euro de plus. Tandis que le prix de ce

    Arnaud De Cremer

    lle de votre bière de 50 cl aura gonflé de 0,80 euro. Une taxe en plus ? Non, mais le prix d’une consigne que vous récupérerez quand vous ramenerez votre cannette au magsin. Comme c’est déjà le cas pour certaines bouteilles en verre. Cette mesure sera prise dans les prochains mois par le gouvernement wallon.

    Le député cdH Dimitri Fourny qui a initié ce dossier et y travaille depuis plusieurs années y veillera. « Imposer une consigne sur les cannettes en aluminium est une revendication claire. Cette mesure figurera dans le prochain accord de gouvernement. Et mon souhait, qui est aussi celui de Carlo Di Antonio qui a travaillé avec moi sur ce sujet, est d’aller vite. » Le bourgmestre de Neufchâteau estime en effet qu’il est temps d’aller de l’avant. « En 2011, une résolution a été adopté pour que ce projet soit étudié, que des missions parlementaires soient organisées dans des payas qui appliquent déjà cette consignation,... Dans un second temps, nous avons entamé une concertation avec l’administration et les acteurs de terrain. Notamment Comeos, la fédération du commerce, et Fost Plus, qui se charge de financer le recyclage des déchets. Cela fait, on peut continuer à avancer. »

    Ce sera d’autant plus facile sous la prochaine législature que la compétence « emballage des produits » qui était jusque là traitée par le SPF Econoimie sera régionalisée. Comme l’est déjà le recyclage de ces mêmes déchets. « L’ensemble de la matière « emballage » sera regouprée au niveau régional. On aura donc une vue globale de la filière, et une maîtrise totale de la celle-ci. »