campylobacter

  • Info santé : Le poulet parfois dangereux pour la santé

    Chaque année en Belgique, on dénombre 8.000 cas de personnes infectées par le Campylobacter

    poulet3.jpg

    Le SPF Santé publique a révélé les résultats d’une grande étude scientifique sur la qualité des poulets de chair. 41 % des préparations étaient positives à la présence de Campylobacter. Une bactérie qui peut provoquer des nausées, de la fièvre, des douleurs abdominales, de la diarrhée ou vous faire vomir. Bon appétit !

    Chaque année en Belgique, on dénombre plus de 8.000 cas de personnes infectées par la bactérie appelée Campylobacter. Elle est, selon l’OMS, une cause majeure de maladies diarrhéiques d’origine alimentaire chez l’homme et la cause bactérienne la plus courante de gastro-entérite dans le monde. Dans les pays développés et en développement, elle provoque plus de cas de diarrhées que les bactéries du genre Salmonella pouvant être transmises par les aliments. Une étude commandée par le SPF Santé publique révèle qu’il faut se méfier de la qualité du poulet que nous mangeons. Cette bactérie se trouve principalement dans la viande de volaille et touche plus les enfants âgés de moins de 5 ans. L’infection peut provoquer des nausées, de la fièvre, des douleurs abdominales, de la diarrhée ou faire vomir. Elle est plus fréquente en juillet et en août. Les espèces les plus connues sont la C. jejuni et la C. coli. Des scientifiques belges ont cherché, entre 2011 et 2013, les facteurs qui influençaient la contamination dans les abattoirs, dans les ateliers de découpe, dans les entreprises qui fabriquent des préparations à base de viande de volaille et chez le consommateur. « Il est fréquent que les intestins des poulets de chair soient déjà contaminés par une grande quantité de Campylobacter à la ferme », constatent-ils. Les animaux ne sont pas malades, mais leurs excréments peuvent contaminer leurs plumes et leurs carcasses. « Une contamination qui persiste à l’abattoir, même si elle diminue. Au moment de la découpe des carcasses de poulets, la bactérie est également transmise à la viande ». Comme les cuisses, la poitrine… « Les filets sont moins contaminés car ils ne sont pas recouverts de peau ».

    1 MALADE SUR 4 À BRUXELLES

    Ces mêmes chercheurs ont comparé les souches de Campylobacter présentes chez des Bruxellois malades avec les souches présentes dans la viande de volaille contaminée. 28,7 % des cas de maladie étaient dus à l’ingestion de viande de volaille contaminée, soit plus d’un cas sur quatre. 41 % (128 sur 316) des préparations à base de viande de poulet examinées étaient positives au C. jejuni et au C. coli. Le SPF Santé publique admet quand même que toutes les souches de Campylobacter présentes dans la viande de volaille n’ont pas été retrouvées chez les malades, et inversement. « Cela signifie que l’homme est également contaminé d’autres façons ». Les principales sources sont l’eau polluée, le lait cru, le contact avec des animaux, dont les bovins, et le contact avec un environnement contaminé.

    Source : article PIERRE NIZET sudpresse