brabant

  • A la une de la Nouvelle Gazette du 2 mars 2016

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi,vandeplas,johnny,

  • A la requête du Parquet du Brabant wallon : Recherche pour vol avec effraction au SNUG à Waterloo (Photos + vidéo)

    140906Waterloo
    Date:
    06/09/2014
    Lieu:
    Waterloo

    Le samedi 06 septembre 2014 entre 7h50 et 08h05, un vol avec effraction a été commis par 4 individus à l'établissement « Le Snug » situé Chaussée de Tervuren à Waterloo.

    Dans un premier temps, 3 individus pénètrent dans l'établissement. Ils visitent les différentes pièces du commerce. Ils prennent le temps de fouiller le bureau mais ils s'attardent principalement dans la pièce de stockage. C'est là qu'ils trouvent 4 coffres-forts. Ils parviennent à arracher les 4 coffres fixés au mur et les amènent jusqu'à leur véhicule où attend un 4ème complice.

    Ils auraient pris la fuite à bord d'une Opel coupé sport de couleur noire, immatriculée à l'étranger avec un fond jaune et des caractères noirs, et terminant par VEB.

    Le 1er auteur est âgé entre 30 et 35 ans. Il mesure environ 1m75 et est corpulence normale. Il portait un jean bleu, un pull foncé, des chaussures noires et d'une casquette gri/bleu munie d'une petite visière.

    Le 2ème auteur est âgé d'une trentaine d'années. Il est de corpulence normale et mesure environ 1m70. Il a la peau mate et les cheveux rasés sur les côtés. Il portait un jean bleu et chemise bleue

    Le 3ème auteur mesure plus de 1m80 et est de corpulence mince. Il est âgé entre 30 et 35 ans. Il portait un jean foncé, une veste brune à capuche, des baskets foncées avec un logo jaune fluo et une casquette foncée.

    Le 4ème auteur mesure environ 1m70 et est de corpulence normale. Il portait un jean bleu, une veste courte et foncée, des baskets noires et une casquette beige avec une inscription bleue.

    Publié le 14/04/2015 - section Nivelles.

    Témoignages

    Si vous avez plus de renseignements concernant ce fait, nous vous invitons à prendre contact avec la police via le numéro gratuit 0800 30 300.

    Vous pouvez également réagir via email: avisderecherche@police.belgium.eu.

  • Grève de ce 8 décembre à Bruxelles et dans le Brabant wallon: voici tout ce qui sera à l'arrêt (écoles, transports, commerces…)

    Lundi sera la troisième journée de grève tournante. Après le Hainaut, le Luxembourg, Anvers dans un premier temps et Namur, Liège, Flandres orientale occidentale dans un deuxième temps, c’est au tour de Bruxelles et du Brabant wallon de mener une journée d’action. Voici les secteurs qui seront touchés.

    La suite de l'article : ICI

     

  • Rien ne se passe à Pont-à-Celles, alors qu' Estaimpuis lance sa P.L.P pour lutter contre les vols, le Brabant lance lui un concours pour lutter contre le même fléau

     

    voleur1.jpgEn Brabant wallon, les vols dans les habitations sont un véritable fléau. Afin de lutter contre ces méfaits, la Province a décidé de lancer un concours visant à réaliser un logo pour son nouveau plan d’actions. L’objectif? Sensibiliser un maximum la population brabançonne wallonne pour mettre un holà à ce fléau! Le gagnant repartira avec la coquette somme de 250 euros.

    Les chiffres parlent d’eux-mêmes: peu importe où l’on se trouve en Brabant wallon, les vols dans les habitations sont en hausse ces dernières années. « C’est un problème sur lequel la Province doit s’attarder », clame Marie-José Laloy, Gouverneure du Brabant wallon. « Certes, nous ne sommes pas les seuls à être touchés par ces faits… D’après nos informations, il s’agit principalement de bandes itinérantes. C’est un phénomène qui inquiète et que nous voulons éradiquer. »

    Et pour ce faire, la Province a décidé de mettre sur pied un petit concours qui a pour but d’imaginer le logo de ce futur plan d’actions de lutte contre les cambriolages. « Avec ce concours, nous souhaitons contribuer à sensibiliser le citoyen du Brabant wallon à la problématique sécuritaire des vols qualifiés en habitation. Nous souhaitons également impliquer les citoyens dans la lutte contre le phénomène en leur proposant de participer à un concours. Enfin, ce qui est primordial, c’est de créer une identité visuelle qui devrait, à terme, être reconnue par les citoyens et par les acteurs du plan d’actions. Un peu à l’image des campagnes BOB », continue Gérard Piron, officier de liaison de la Gouverneure du Brabant wallon.

    Concrètement, on vous demande d’imaginer un logo qui pourrait servir d’identité visuelle pour le prochain plan d’actions de la Province. Si vous êtes le lauréat, vous empocherez un joli chèque de 250 euros, mais également une belle reconnaissance. Et si ce concours a été mis sur pied, ce n’est pas par hasard non plus. Il fait part d’une triste réalité du terrain. « Les statistiques ne diminuent pas et c’est très préoccupant. En fait, le Brabant wallon est une terre qui attire les voleurs grâce à ses richesses. De plus, pour les candidats voleurs, c’est l’idéal de venir chez nous étant donné qu’en deux petites minutes seulement, ils se retrouvent près d’une autoroute. On attire le client et le Brabant wallon possède tout ce qu’il faut pour tenter les voleurs », embraye Marie-José Laloy.

    Pourtant, les différents acteurs de la sécurité travaillent main dans la main pour éradiquer ce fléau dans nos contrées. « La police commence à connaître le parcours de ces bandes qui est souvent le même. Malheureusement, auprès du citoyen, cela crée un sentiment d’insécurité, à juste titre. Et ces bandes organisées peuvent être comparées à de la criminalité dans le sens où elles font de la traite des êtres humains en utilisant des enfants et des femmes. Ce sont des crimes organisés », conclut la Gourverneure du Brabant wallon.

    Les candidats ont jusqu’au 10 septembre pour participer au concours soit via le formulaire, soit via Internet en envoyant votre réalisation à l’adresse suivante: logo.vol.bw@gmail.com

    source : article de Jérôme Brys sudinfo +

  • Incroyable: l'un des tueurs du Brabant, un criminel connu de la région du Centre, est sous mandat d'arrêt mais nie

     

    An.D.

    La nouvelle est tombée comme un coup de tonnerre sur Charleroi ce vendredi: la juge d'instruction Martine Michel, en charge de l'enquête sur les tueurs du brabant Wallon, a placé un homme sous mandat d'arrêt ce lundi. Il s’agit d’un homme de la région du Centre, dénoncé par un Français.

    
En 2012, la police diffusait des portraits-robots des tueurs

    En 2012, la police diffusait des portraits-robots des tueurs

     

    Il est soupçonné d'avoir participé aux tueries du Brabant Wallon, qui ont fait 28 morts et semé la terreur entre 1983 et 1985. Il s’agit d’un criminel de la région du Centre. Il aurait commis au moins deux autres faits, entre 1981 et en 1991 mais serait passé « entre les mailles du filet ».

    A quelques mois de la prescription de ce qui est considéré comme la plus grosse affaire criminelle du pays, cette arrestation est quasiment inespérée. Une conférence de presse est prévue ce soir à Charleroi. Le procureur général de Liège Christian de Valkeneer, le procureur général de Mons Ignacio de la Serna et le procureur du roi de Charleroi Pierre Magnien y seront présents.

    Les enquêteurs menaient depuis mars des fouilles sur un ancien site minier à Hornu dans le cadre du dossier des Tueurs du Brabant. Les enquêteurs étaient à la recherche d’un cadavre et d’une épave de voiture sur ce site minier d’Escouffiaux. Le corps recherché serait celui d’un membre de la bande qui aurait pu être tué par les tirs d’un policier à Alost en 1985. Mais rien n’indique que ces fouilles ont un lien avec cette arrestation qui devrait être annoncée sur le coup de 18h.

    On approchait de la prescription

    Octobre 1985. Le Delhaize d’Alost touché par une tuerie

    Il y a trois semaines, le procureur général en charge du dossier des tueurs du Brabant, Christian De Valkeneer, avait proposé d’étendre la prescription de 30 à 40 ans. Et ce, parce que la prescription dans ce dossier sera atteinte en novembre 2015. « Je plaide pour qu’on étende la prescription à 20 ans pour tous les crimes passibles d’une peine de prison à perpétuité », et donc pas seulement pour les tueries du Brabant, scandait Christian De Valkeneer. Comme la loi prévoit déjà de doubler la période de prescription (2 X 15 ans à l’heure actuelle), la prescription sera dès lors prolongée à 40 ans si l’on suit la proposition du procureur général. Dans le cas du dossier des tueurs du Brabant, la date de prescription serait ainsi repoussée à novembre 2025.

     

    • La conférence de presse en direct

    • Michel Graindorge demande l'imprescriptibilité des tueries du Brabant