air

  • Brussels Airlines engage, nombre de postes à pourvoir (+/- 300)…

    Résultat de recherche d'images pour "hotesse de l'air brussels airlines sudinfo"

     

    You can only apply for the positions published here above.
    At present you will not be able to send your spontaneous application. Due to the large amount of CV’s we received during the last months, we prefer not to extend our recruitment waiting list.
    Just a golden tip: take a look now and then to our website and who knows … maybe you will be the next person to join our team!

    If you did not find the right opportunity for you at Brussels Airlines and you are interested in working for one of the Lufthansa Group companies, please use this link to find the right job for you: be-lufthansa.com

    All cv's are administered via our on-line recruitment software. This means that no other application methods will be accepted in order to channel our incoming cv's and maximize efficiency in our recruitment process. Thank you for your understanding.

    Accès au site en anglais...

    Source: Brussels Airlines

  • Voici une vidéo très sexy sur la sécurité en avion qui vous fera peut-être changer d'avis si vous avez peur de monter à bord...

    Rédaction en ligne

    Lorsque vous êtes en avion, vous ne regardez même plus les hôtesses de l’air mimer les consignes de sécurité ? Ou bien vous vous endormez devant la vidéo qui explique comment attacher votre masque à oxygène ou boucler votre ceinture ? Alors cette vidéo est faite pour vous !

    Et pour ceux qui ont peur de l’avion, cette vidéo vous donnera peut-être envie de, finalement, monter à bord...

     

    je veux voyager avec Air new Zealande .....


     

  • LA DEFENSE RECRUTE: PLUS DIFFICILE DE TROUVER DES MARINS ET DES PILOTES.900 activités pour convaincre

     

    Publié le 12/02/2014

    L’acte d’engagement des matelots et des soldats est de huit ans. Avec une limite d’âge de 26 ans.
    Au sein du secteur public, où les administrations occupent une position dominante, la Défense occupe une place particulière, non seulement en raison de la nature des métiers proposés mais également parce qu’elle recrute à tous les niveaux d’études afin de former immédiatement et à ses frais le futur militaire. Là aussi, les candidats se bousculent, mais parfois avec un peu trop de précipitation.

     

    « Suite au nouveau statut entré en vigueur cette année, la sécurité d’emploi n’existe plus chez nous non plus », fait observer Marc Levenbergh. D’ailleurs, à la Défense, on ne signe pas un contrat de travail mais un acte d’engagement qui est de huit ans pour les soldats et les matelots. « Les sous-officiers et officiers, quant à eux, bénéficient encore d’un statut de carrière, mais cela pourrait changer bientôt également. Autre différence : on ne licencie pas, sauf en cas de faute grave. »

    SONDER LA MOTIVATION
    Si les jeunes peuvent faire le choix entre de nombreuses formations spécifiques au sein des quatre composantes (air, terre, navale et médicale), savent-ils vraiment ce qui les attend lorsqu’ils optent pour l’uniforme ? Leur motivation est-elle assez forte que pour supporter les efforts physiques et se plier à la discipline ? « L’âge maximum d’admission pour les candidats soldats et matelots étant de 26 ans, les recruteurs se trouvent souvent en présence de jeunes ayant un déficit en matière de discipline, explique le Lieutenant-Colonel. Or, le pilier de l’armée, c’est le travail en équipe, la vie en groupe. C’est le rôle des formateurs d’inculquer ces notions et valeurs. Quant aux aspects de la vie quotidienne, les candidats en ont certes une petite idée, mais la réalité est parfois tout autre. Dormir sous tente, sous la pluie, sans wi-fi ?… Le cap des premières semaines est parfois difficile à franchir ! »
    DONNER UNE IMAGE PLUS CORRECTE DE LA RÉALITÉ
    Preuve que le parcours du combattant est semé d’embûches, beaucoup de jeunes abandonnent après la première année quand ils se rendent compte que l’expérience ne répond pas à leurs attentes.
    Aussi, afin d’essayer de limiter ces erreurs de parcours qui coûtent cher en formation, la Défense met sur pied des rencontres avec les candidats. Le but : donner une image plus correcte de la réalité. Dans les deux sens, puisque nombreux sont ceux et celles qui pensent encore que la vie d’un militaire ne permet pas un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Elle organise ainsi près de 900 activités par an, sous forme de portes ouvertes, de jobsdays ou de visites dans les écoles (lire par ailleurs). « Ces rencontres sont bénéfiques, mais certaines composantes ont toujours des difficultés à trouver suffisamment
    de candidats. C’est le cas pour les marins, par exemple. Malgré les avantages pécuniaires, cette composante fait réfléchir car elle implique de longs voyages. Les bons candidats pilotes ne sont pas faciles à trouver non plus mais, dans ce cas, c’est parce que nos critères sont plus sévères.»
    Et les femmes ? Quelle est leur proportion ? « Elle est en augmentation pour les officiers (20%), est stable chez les sous-officiers (13%) mais reste très faible chez les soldats (5%). Les femmes sont plus attirées par les fonctions de commandement et de management que par les fonctions de combat »,conclut Marc Levenbergh.
    C.S.

    JOBAYS ET PORTES OUVERTES

    Quelques dates proposées par la Défense :

    > 7 mars : jobday « Fly to your dream », à la base aérienne de Beauvechain
    > 16 mars : open campus day à l’Ecole royale militaire (ERM), à Bruxelles (campus Renaissance).
    > 23 mars : open campus day à l’Ecole royale ses sous-officiers à Saint-Trond (campus du Saffraanberg)
    > 10 avril : grand jobday sur les fonctions techniques à Peutie (Vilvorde)