50

  • La police met en garde contre l’arnaque au billet de 50 euros sur le pare-brise

    Edition numérique des abonnés

    L’arnaque a été observée à de nombreux endroits à la fin du mois d’octobre. Le truc est un peu gros mais il y a de nombreuses personnes qui se sont laissées avoir. D’où une mise en garde de la police française. Sur les réseaux sociaux, elle a lancé une campagne : « Un petit billet de 50€ sur le pare-brise? Une aubaine mais... Méfiance ! Il peut s'agir d'un piège ».

    source sudpresse, la suite  ICI

  • Info utile: Sachez reconnaître un faux billet de banque

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi,50,euro,faux,billet

    En 2014, la Banque nationale belge a retiré 32.559 billets contrefaits de la circulation, soit une diminution de 17 % par rapport à 2013 (39.167 faux billets détectés). Mais c’est beaucoup plus qu’en 2012 (22.433 billets interceptés) et, surtout, c’est le contraire de ce qui se passe au niveau européen : 838.000 faux billets ont été découverts dans la zone euro l’an dernier, soit 25 % de plus qu’en 2013. Pour une raison simple : les billets sont de mieux en mieux falsifiés !

    Le plus copié est celui de 20 euros (60 % des faux billets saisis en Europe et 43 % en Belgique), suivi de celui de 50 euros (respectivement 26 et 42 %), selon la BCE. Pour combattre le phénomène, la Banque nationale imprime des billets plus difficiles à imiter. Après les coupures de 5 et 10 euros, le nouveau billet de 20 euros dit « Europa », qui vient d’être dévoilé, est doté de signes de sécurité encore plus performants que son prédécesseur.

    Comment se prémunir ?

    Si vous êtes commerçant, le mieux est d’investir dans un appareil de détection. Vous trouverez sur le site de la BCEla liste des appareils disponibles et le score obtenu par chacun aux tests réalisés par la banque. Les crayons de contrôle et lampes UV se révèlent inefficaces. Pour info : les commerçants ne sont pas tenus d’accepter une grosse coupure si le montant à payer représente moins de 50% de sa valeur. Par exemple, si vous devez payer 100 euros, le commerçant peut refuser d’accepter un billet de 500 euros (mais pas de 200 euros).

    Pour éviter de se retrouver avec des faux billets, l’observation reste la meilleure parade. Les vrais billets de banque peuvent être facilement reconnus grâce à la méthode du « toucher-regarder-incliner », décrite sur le site de la BCE.

    • Le papier : les billets de banque ne sont pas imprimés sur du papier normal mais sur du coton. En les touchant, vous ressentez une sorte de « grésillement ». Ils ont une structure plus solide.
    • Le relief : certains chiffres et lettres (ceux qui donnent la valeur du billet) sont un peu plus épais que le papier. Vous les sentez naturellement sur le billet.
    • Le filigrane : sur les billets européens, il est muni de parties plus légères et sombres.
    • Le demi chiffre : dans le coin supérieur se trouve le chiffre de la valeur du billet. Mais il lui manque des parties qui sont de l’autre côté. Placez le billet devant une source de lumière et vous verrez le chiffre en entier.
    • Le fil de sécurité : situé au milieu du billet, il le parcourt sur toute la largeur en arborant plusieurs fois le mot euro.
    • L’hologramme : ce bout d’aluminium brillant change d’image selon l’inclinaison du billet.
    • La couleur : sur les billets de plus de 20 euros, un des nombres donnant la valeur du billet change de couleur, de mauve à vert olive ou brun.
    • La fenêtre-portrait : le nouveau billet de 20 euros intègre une innovation technologique dans l’hologramme. Face à la lumière, cette fenêtre devient transparente et laisse apparaître un portrait de la princesse Europe, figure de la mythologie grecque. Ce portrait est alors visible sur les deux faces du billet.

    Source: beobank.be

  • Journée Mondiale de la ménopause

    Journée Mondiale de la ménopause

    L’International Menopause Society presse les nations de mettre davantage l’accent sur les problèmes de santé liés à la ménopause...

    L’Organisation Mondiale de la Santé estime qu’en 2030, 1,2 milliard de femmes seront âgées de 50 ans ou plus et qu’un nombre croissant de ces femmes peut s’attendre à vivre plusieurs décennies après la ménopause.

    Malheureusement, une durée de vie plus longue entraîne aussi une augmentation spectaculaire de l’incidence des maladies et des affections qui peuvent être associées à la perte d’œstrogènes au milieu de la vie. Ce jour, qui est la Journée Mondiale de la Ménopause, l’International Menopause Society (IMS) presse les nations de prendre des mesures actives pour éduquer les femmes concernant les implications de la ménopause pour la santé.

    La Journée Mondiale de la Ménopause a pour objectif d'honorer toutes les femmes. Elle vise les millions de femmes qui, partout dans le monde, arrivent chaque jour à ce stade vital de leur vie, même si bon nombre d’entre elles ne comprennent pas bien ce qu’est la ménopause et quels sont ses impacts sur leur santé.

    Le défi que lance la Journée Mondiale de la Ménopause appelle toutes les nations à donner à la santé après la ménopause une place primordiale dans la recherche et la santé publique, afin d’aider les femmes à éviter les symptômes désagréables susceptibles d’affecter la productivité et la qualité de vie, et afin de réduire les taux d’ostéoporose, de maladies cardiaques, de cancer du côlon et autres maladies du vieillissement liées aux œstrogènes.

    Que se passe-t-il à la ménopause ?

    Pendant cette période de la vie, le corps de la femme arrête de produire des œstrogènes, ce qui induit des symptômes tels que bouffées de chaleur, fatigue, sécheresse vaginale et insomnies. La perte des œstrogènes a également été associée à un certain nombre de maladies graves telles que l’ostéoporose, des maladies cardiaques, une dégénérescence maculaire (cécité), la perte des dents, le cancer du côlon et un déclin des fonctions cognitives. Les informations qui suivent sont importantes:

    Les bouffées de chaleur, parfois accompagnées de sudation et d’une rougeur du visage, sont la réponse du corps à la diminution des taux d’œstrogènes. Pendant une bouffée de chaleur, qui dure classiquement de 30 secondes à 5 minutes, le cœur bat plus rapidement et la température de la peau augmente. Des relations sexuelles douloureuses dues à une sécheresse ou à un resserrement des tissus vaginaux peuvent être dues à la réduction des taux d’œstrogènes. La moitié des femmes âgées de plus de 50 ans présenteront à un certain moment une fracture due à l’ostéoporose. Des études récentes ont permis de constater que plus de la moitié des femmes ignorent que la ménopause augmente le risque de maladies cardiaques. Pourtant, les maladies cardio-vasculaires, particulièrement les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux, constituent la principale cause de décès dans le monde actuel. Les femmes ménopausées sont trois fois plus susceptibles que les hommes d’avoir la maladie d'Alzheimer et des travaux de recherche donnent à penser que la perte des œstrogènes peut y jouer un rôle important.

    Un site à visiter : www.mamanpourlavie.com

     

    Source:journee-mondiale.com