100

  • Vu sur le blog d'Estaimpuis : Utilisation d’un faux billet dans un commerce du centre-ville Mouscron

    Attention aux faux billets de 100 euros

     

    Jeudi, vers midi, une dame a tenté d’utiliser un faux billet de 100 euros. Les faits se sont passés chez un commerçant du centre-ville. D’après la description, il s’agirait d’une dame de 25 ans environ, elle avait de longs cheveux brun clair, de type européen, très maigre, elle portait également un pull à capuche
    de couleur foncée. Aucun élément supplémentaire n’a pu être communiqué par la police de Mouscron. L’information a été diffusée via le PLP (Partenariat Local de Prévention) afin de prévenir les commerçants membres.
    D’après un témoin, la dame était également présente à Froyennes. « Elle se trouvait à l’Aldi de Froyennes. Elle a également présenté un faux billet à la caissière. Il faut faire attention », a expliqué un témoin.

    Un clic ici et vous serez dirigé vers cet excellent blog..

  • Pour le Foyer de Thiméon, il reste des places pour Les 100 violons tziganes au Palais des Beaux arts de Bruxelles

    Thiméon, pont-a-celles, tziganePour le samedi 1è févier 2014, il reste quelques places, départ à 13H30 du Calvaire Gosselies et ensuite arrêts habituels - Thiméon - Viesville - Luttre et Bruxelles . Renseignement au 071/356423.

    Source le soir:

    100 violons Tziganes

    • 100 violons Tziganes
      «The hundred Gypsy violons» - «Budapest Gipsy Symphony orchestra»

      L’orchestre symphonique des 100 violons tziganes restitue, sous la plus époustouflante virtuosité, l’âme de tout un peuple.
      Un programme brillantissime qui mêle la tradition du violon tzigane hongrois et des oeuvres de Khatchatourian, De Sarasate,
      Brahms, Strauss, Bizet. Le tout magistralement interprété, sans partition, par 100 musiciens tziganes venus de Budapest, tous virtuoses et fascinants. Un enchantement!
      Des violons, des violoncelles, des contrebasses, des cymbalums et des clarinettes, tous unis pour porter jusqu’à nous les accents entraînants et déchirants d’une bouleversante tradition, celles des tziganes et d’un art d’interprétation qui n’appartient qu’à eux. La constitution de cette formation ressemble à une légende. En 1985, l’inoubliable soliste et chef tzigane hongrois, le Primas Sandor JAROKA (le Primas des Rois et roi des Primas) meurt. A son enterrement la communauté se retrouve. Les musiciens sont venus nombreux dans le froid et sous la pluie avec leurs instruments pour saluer une ultime fois la mémoire de leur chef spirituel. D’une sérénade mélancolique sur une tombe va naître cet orchestre fabuleux, celui des 100 VIOLONS TZIGANES DE BUDAPEST. Et il joue sans partitions!