10 - Page 3

  • A la une du 7dimanche (gratuit chez votre boulanger) du 10 décembre 2017 + vos bons plans sorties de la page 14

    Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,une,2017,décembre,10,7,dimanche

    Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,une,2017,décembre,10,7,dimanche

    Cliquez sur une image pour l'agrandir

  • La météo de l'IRM du 10 décembre 2017

    Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,irm,météo,prévision,forecast,2017,décembre,10

    Prévisions pour aujourd'hui et cette nuit

    Aujourd'hui, la nébulosité sera abondante avec des chutes de neige qui se propageront à partir de la frontière française. Au fil des heures, le redoux progressif à partir du sud-ouest transformera progressivement la neige en pluie. L'après-midi, le ciel deviendra plus variable avec quelques averses encore temporairement hivernales en Ardenne. 

    La hausse des températures se traduira par des maxima atteints en fin de journée et variant entre 2 degrés dans les Hautes-Fagnes, 6 ou 7 degrés en plaine et 8 degrés le long du littoral. 

    Le vent sera modéré de sud à sud-est ce matin. Il se renforce en cours de journée, puis vire entre l'ouest et le sud-ouest en devenant fort. Le long du littoral, le vent deviendra fort à très fort. L'après-midi et en soirée, les rafales de vent pourront atteindre 95 km/h à la mer et 75 à 85 km/h dans les autres régions. 


    Cette nuit, la nébulosité restera variable avec possibilité de quelques averses de neige ou de neige fondante en Ardenne et de pluie ou éventuellement de pluie et neige mêlées dans les autres régions. Une nouvelle zone de précipitations très active remonte sur la France et abordera notre pays par le sud-est en fin de nuit. Les températures redescendent entre -1 degré dans les Hautes Fagnes, +1 degré dans le centre du pays et +3 degrés le long du littoral. Le vent de sud-ouest diminuera sensiblement avant de s'orienter à l'est. Des rafales jusqu'à 85 km/h pourront encore temporairement se produire en début de nuit. 

  • Êtes-vous concerné ? : L’inspection de l’environnement a contrôlé 50 modèles de poêles à bois vendus dans les grandes surfaces et les magasins de bricolage. 9 modèles d’appareils n’étaient pas conformes à la législation. Ils ont été retirés du marché.

    Résultat de recherche d'images pour "bois de chauffage"

    En Belgique, les appareils de chauffage sont strictement réglementés depuis 2010 afin de réduire les émissions de particules fines et de CO et d’augmenter leur rendement. Cette réglementation a été prévue en 3 phases, afin de laisser le temps aux fabricants et aux distributeurs de s’adapter. La 3ème phase, débutée en 2016, comporte les seuils les plus sévères. L’inspection fédérale de l’environnement du SPF Santé publique a mené des contrôles directement auprès des grandes surfaces, afin de s’assurer que la législation était correctement assimilée et appliquée.

    Sur une cinquantaine de modèles contrôlés, 9 se sont révélés non conformes : les appareils émettaient trop de particules et/ou trop de CO et leur rendement n’était pas assez élevé. Il s’agit des modèles suivants :

    • Le poêle Vulcanus, qui était vendu chez Monsieur Bricolage.
    • Le poêle Denver, qui était vendu chez Hubo.
    • Les poêles Atomium plus, Castilla plus, Boston plus, Madrid plus et les modèles Luis plus, Malaga plus et Rioja plus, qui étaient vendus chez Brico, Hubo, Monsieur Bricolage et Gamma.

    Ces modèles ne peuvent plus être vendus en Belgique. Ils émettent plus de particules fines et de CO que les autres poêles. Ils sont nocifs pour l’environnement et leur faible rendement énergétique a un effet sur le réchauffement climatique.

    Le chauffage au bois est une bonne source de chauffage car le bois est un combustible renouvelable et bon marché. Mais il n’est pas sans risque pour la santé et pour l’environnement. Lutter contre la pollution de l’air est une priorité des autorités belges. Il est essentiel de surveiller l’efficacité et les émissions des  poêles à bois. Depuis 2010, grâce à la réglementation belge, les inspecteurs environnementaux disposent d’un instrument important pour surveiller le marché. Avec l’Arrêté royal, seuls les appareils les plus sûrs sont autorisés sur le marché belge.

    Le SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement a publié la liste des poêles conformes à la législation sur son site. La liste des appareils déclarés non-conformes lors de la campagne d’inspection peut aussi être consultée sur la page: https://www.health.belgium.be/fr/e-services/liste-des-appareils-de-chauffage.

    source : Le SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement 

  • Le 10 novembre 2017, qu'y a-t-il à la une de la Nouvelle Gazette de Charleroi ?

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,2017,une,nouvelle,gazette,novembre,10

  • La météo de l'IRM du 10 novembre 2017

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,2017,irm,météo,forecast,novembre,10

    Prévisions pour aujourd'hui et cette nuit

    Aujourd'hui, nébulosité abondante avec des pluies parfois sous forme d'averses. Retour d'un temps plus sec avec des éclaircies en cours d'après-midi. Les températures remonteront légèrement et atteindront des valeurs comprises entre 7 degrés sur les hauts plateaux de l'Ardenne et 12 degrés en Flandre. Le vent sera modéré d'ouest à sud-ouest, virant ensuite entre l'ouest et le nord-ouest, le long du littoral assez fort puis parfois fort avec des rafales de 60 km/h. 

    La nuit prochaine débutera par des éclaircies. Les nuages reviendront en seconde partie de nuit, puis une nouvelle zone de pluie abordera l'ouest du pays en fin de nuit. Les températures redescendent entre 1 degré dans les Hautes Fagnes et 7 degrés le long du littoral. Le vent d'ouest retournera au sud-ouest en redevenant modéré dans la plupart des régions. 

  • Marchienne-au-Pont, disparition signalée par le parquet de Charleroi

    Disparition de Nathalie MICHELI (45) à Marchienne-au-Pont le 03/10/17

    Le mardi 3 octobre 2017 à 14h30, Nathalie MICHELI, une femme âgée de 45 ans, a quitté le domicile de sa maman situé à Marchienne-au-Pont. Depuis, elle ne s’est plus manifestée.

    Madame Micheli mesure environ 1m56 et est de corpulence mince. Elle a les cheveux bruns mi-longs et porte des lunettes à monture noire.

    Au moment de sa disparition, elle portait un jean bleu, un t-shirt, un gilet et une veste en cuir noir. Elle est en possession d’un sac en cuir noir.

    Cette personne a l’habitude de se rendre dans le centre de Charleroi (ville basse).

    Diffusé à le demande du Parquet de Charleroi - 10/10/17

    Lien vers l'avis de recherche

     
     

    Témoignages

    Si vous avez plus de renseignements concernant ce fait, nous vous invitons à prendre contact avec la police via le numéro gratuit 0800 30 300.

    Vous pouvez également réagir via email: avisderecherche@police.belgium.eu.

  • Consommation de gibier, information de l’AFSCA

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,2017,

    La viande de gibier sauvage nous apporte des saveurs particulières. Mais pouvons-nous la consommer en toute sécurité? Les animaux sauvages peuvent, comme les animaux d’élevage, être malades ou contaminés par des parasites. La consommation de leur viande peut donc présenter certains risques sanitaires spécifiques pour la santé du consommateur. Pour maîtriser ces risques, des règlementations ont été mises en place, et des contrôles sont réalisés afin de s’assurer du respect de celles-ci et, in fine, de la santé des consommateurs amateurs de ces viandes.

    Depuis la nuit des temps, l’homme a chassé. Ce fut d’ailleurs sa première source de nourriture. Ce n’est qu’avec l’élevage des animaux de ferme et le développement de la civilisation que le produit de la chasse est devenu un « luxe ».

    La chasse est devenue un sport à part entière avec ses règles et ses lois, qui sont sous la compétence des Régions. On ne peut chasser que certaines sortes de gibier et cela, durant certaines périodes, généralement d’octobre à janvier. Chaque année, les autorités régionales publient les périodes de chasse autorisées par espèce. 


    Qui contrôle la viande de gibier ?

    Le chasseur est la première personne qui peut examiner l’animal. L’observation de l’animal avant et après le tir peut apporter de précieuses informations sur son état de santé. Pour cette raison, les autorités exigent que les personnes qui chassent du gibier sauvage en vue de le mettre sur le marché pour la consommation humaine aient une connaissance suffisante de sa pathologie ainsi que de la production et de la manipulation du gibier et de sa viande afin d’être capable d’identifier tout risque sanitaire. Tous les chasseurs ne doivent toutefois pas avoir cette connaissance. Il suffit qu’au moins un chasseur parmi une équipe de chasseurs ait suivi une formation, organisée par les organisations professionnelles des chasseurs et supervisée par l’AFSCA. Le chasseur qui a suivi cette formation et réussi un test est habilité à procéder à un premier examen sur place du gibier abattu au terme d’une partie de chasse à laquelle il a pris part. Il consigne les résultats de son examen dans une déclaration officielle qui accompagnera le gibier jusqu’à l’établissement de traitement de gibier agréé. 

    GibierEn effet, avant d’être mis sur le marché, le gibier doit obligatoirement passer par un établissement de traitement agréé pour subir un examen sanitaire approfondi effectué par un vétérinaire officiel. S’il s’agit d’un sanglier, on fait des analyses pour détecter la présence de trichines. Le gibier qui a passé l’examen avec succès est marqué au moyen d’une marque de salubrité ou d’identification selon qu’il s’agit de gros ou de petit gibier. 

    Le chasseur peut toutefois, à certaines conditions, livrer directement au consommateur final le gibier qu’il a tué lui-même à la chasse, sans passer par un établissement de traitement de gibier. Ainsi, le nombre de pièces de gibier qu’il peut livrer à un consommateur est limité et la consommation est limitée au ménage de ce consommateur. De plus, il faut que, lors de l’examen initial, aucune anomalie n’ait été constatée et donc mentionnée dans la déclaration du chasseur, qui accompagne le gibier. S’il s’agit d’un sanglier, le chasseur doit effectuer lui-même des prélèvements pour s’assurer de l’absence de trichines et communiquer le résultat au consommateur. 


    Le gibier importé est-il également contrôlé ? 

    Il va de soi que le gibier importé, quelle que soit sa provenance et qu’il s’agisse de gibier sauvage ou d’élevage, doit répondre aux mêmes normes que celles exigées pour les produits belges.

    Une réglementation européenne identique est d’application pour tous les Etats membres. Les produits peuvent donc être librement échangés si les établissements dont ils proviennent disposent d’un agrément dans leur pays d’origine.

    Les produits provenant de pays hors UE doivent être accompagnés d’un certificat sanitaire émis par les services compétents du pays de provenance et ils sont soumis à une expertise aléatoire aux frontières extérieures de l’UE.

    Dans les commerces, la viande de gibier doit évidemment être étiquetée, mais l’origine ne doit pas être mentionnée sur l’emballage, contrairement à ce qui est exigé pour la viande bovine, ovine ou caprine par exemple.


    La trichine, un danger pour les consommateurs ?

    La trichine ou Trichinella est un vers parasite microscopique. Chez l’homme, elle est responsable de la trichinose, une maladie qui peut être très grave et entraîner la mort.

    En Europe, différentes espèces de trichines contaminent des mammifères domestiques (le porc et le cheval essentiellement) et sauvages (sangliers, ours,…) sans provoquer de symptôme. Les vers adultes vivent dans l’intestin grêle de leur hôte dont ils traversent la paroi pour libérer des larves. Celles-ci s’encapsulent dans les muscles et peuvent y survivre des années. C’est la consommation d’un muscle contaminé qui permet la transmission de trichines d’un hôte à l’autre.

    Viande de gibierSeul l’homme développe la maladie lorsqu’il consomme de la viande d’un animal porteur de trichines. Les symptômes sont non seulement dus au déplacement du vers dans l’organisme du malade, mais aussi aux réactions allergiques qu’il provoque. Les premiers signes sont des troubles intestinaux, comme des crampes abdominales ou des diarrhées, suivis de douleurs musculaires, de maux de tête, de fièvre, de fatigue, d’oedèmes, … Lorsque la contamination est peu importante, les symptômes peuvent être confondus avec un état grippal. Mais, en cas de contamination importante et de réactions allergiques violentes, la mort du malade peut survenir.

    La contamination humaine étant liée à la consommation de viande contaminée, la réglementation européenne prévoit que, pour toutes les carcasses de porcs, chevaux ou sangliers qui sont mises sur le marché, une analyse de recherche de la trichine soit réalisée à partir d’un morceau de muscle. Cette politique de contrôle systématique explique que la maladie est devenue très rare en Europe. En outre, en Belgique, depuis des dizaines d’années, nous n’avons plus détecté la présence de trichines sur des carcasses de porc, ce qui a conduit l’Union Européenne à accorder à notre pays le statut de « région à risque négligeable de trichines chez les porcs domestiques ». La Belgique est de ce fait dispensée de réaliser des analyses de recherche de la trichine sur toutes les carcasses de porcs. Seules les carcasses des porcs qui ne proviennent pas d’établissements appliquant des conditions d’hébergement contrôlées (exemple les élevages de porcs en plein air) sont encore soumises à une analyse systématique à l’abattoir. 

    Lorsque des cas de trichinose sont constatés en Europe, c’est généralement dû à la consommation de sanglier par des chasseurs qui n’ont pas fait réaliser une analyse de recherche de la trichine sur le gibier qu’ils ont abattu ou par de la viande de cheval ou de sanglier mise sur le marché et qui, en contradiction avec les exigences légales, n’a pas été soumise à une analyse lors du passage à l’abattoir ou au centre de traitement du gibier.

    En 2014, plusieurs consommateurs ont été malades, et certains hospitalisés, dans les provinces du Limbourg et d’Anvers suite à une consommation de sanglier dans des restaurants. La viande provenait d’Espagne où les procédures de contrôle n’avaient pas été respectées. Dès la détection du problème, l’Agence a mené une enquête et grâce aux données de traçabilité recueillies, il a été possible d’informer tous les restaurants qui avaient reçu cette viande contaminée et d’en bloquer la consommation.

    Comme la trichine ne résiste pas à une température de 55°C, afin d’éliminer les parasites, il est conseillé aux consommateurs de faire cuire à coeur le sanglier et de ne jamais consommer de la viande de sanglier rosée. 


    La viande de gibier…et le plomb

    Viande de gibierLorsqu’il mange de la viande de gibier, le consommateur doit être vigilant car cette viande peut contenir du plomb. La présence physique du plomb de chasse dans la viande peut, d’une part, être un risque pour les dents du consommateur lors de la mastication. D’autre part, du point de vue chimique, la quantité de plomb qui diffuse sous forme de traces dans la viande (parce qu’elle contient des plombs entiers ou parce qu’elle a été traversée par un ou plusieurs plombs), peut être élevée. Cette teneur élevée en plomb ne représente toutefois pas réellement un risque pour le consommateur car, en général, la viande de gibier n’est consommée qu’occasionnellement. Par contre, il est déconseillé aux enfants et aux femmes en âge de procréer d’en manger fréquemment, particulièrement chez les familles de chasseurs qui en consomment régulièrement.


    Conclusion

    N’hésitez donc pas à consommer la viande de gibier disponible dans le commerce. Et si un chasseur vous offre le produit de sa chasse, assurez-vous qu’elle a fait l’objet d’un contrôle en bonne et due forme. 

    Plus d’infos sur les règles d’hygiène dans la brochure « Prescriptions d’hygiène pour le gibier dans le Benelux » 

    Source AFSCA

  • Le 10 octobre 2017, qu'y a-t-il à la une de Nouvelle Gazette de Charleroi

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,2017,une,sudpresse,10,octobre

  • Avis de l'ICDI: La collectes du mardi 15 août est avancée...

    pont-à-celles,sudinfo,vandeplas,johnny,2017,

    Collectes du 15 août avancées à samedi.

    Les collectes des déchets ménagers en porte-à-porte ne seront pas assurées le mardi 15 août qui est jour férié.

    Ces collectes seront donc avancées au samedi 12 août. N’oubliez donc pas de les sortir ce soir

    Sont concernés pour les sacs blancs: Charleroi, Goutroux, Monceau-sur-Sambre, Châtelet 1 (Bouffioulx, Châtelineau), Fleurus 2 (Fleurus, Heppignies). Et pour les poubelles à puce: Courcelles 2 (Courcelles, Trazegnies), Gerpinnes (Acoz, Joncret, Gerpinnes, Gougnies, Lausprelle, Loverval, Villers-Poterie, Hymiée, Fromiée), Pont-à-Celles 1 (Pont-à-Celles, Luttre, Viesville). Les recyparcs de toute la zone ICDI seront également fermés ce mardi 15 août 2017 de même que les services administratifs.