Wallonie: projet-pilote d’une prime de retour de 5 centimes par canette récoltée

Edition numérique des abonnés

Le projet-pilote que la Wallonie envisage dès la mi-2018 dans une grosse dizaine de communes pour lutter contre les dépôts sauvages de canettes devrait consister en une prime de retour de 5 centimes d’euro sur chaque canette rendue à une machine, a détaillé lundi le ministre wallon de l’Environnement Carlo Di Antonio.

Les Régions envisagent depuis plusieurs années déjà l’instauration d’une consigne sur les canettes, comme le réclament les associations environnementales et certaines communes pour lutter contre les déchets sauvages.

Mais les secteurs industriel, commercial et de gestion des déchets s’y opposent. Les Régions leur ont donné du temps pour mettre en place des initiatives de prévention, d’éducation du public (opérations de propreté) ou des projets-pilote de récolte, tout en veillant à se réserver l’épée de Damoclès de la consigne.

Mais cette menace a reçu du plomb dans l’aile dernièrement, lorsque la N-VA s’est opposée à la consigne au gouvernement flamand. Or, consigner les canettes n’aurait de sens que si la mesure est prise à l’échelle de la Belgique, conviennent PS et MR, appuyés en cela par le ministre cdH.

Dans leur accord de majorité, MR et cdH avaient convenu de s’en tenir à un projet-pilote, afin d’évaluer l’intérêt de la consigne et de prévenir d’éventuels effets pervers, notamment sur le petit commerce. C’est à cet égard notamment que le MR s’interroge sur l’opportunité de la consigne, que le cdH veut quant à lui voir aboutir. Ce lundi, en commission du parlement wallon, les échanges ont parfois été durs entre Olivier Maroy (MR) et Dimitri Fourny (cdH) sur une proposition de résolution cdH favorable à la consigne.

On sait désormais que le projet-pilote - attendu à la mi-2018 dans une quinzaine de communes - ne prendra pas la forme d’une consignation, mais bien d’une prime de retour que paiera Fost-Plus, l’organisme privé qui finance la collecte sélective, le tri et le recyclage des déchets d’emballages ménagers. Les fédérations de l’industrie alimentaire (Fevia) et du commerce (Comeos) pourraient y donner leur feu vert en fin de semaine.

Concrètement, cette prime de retour serait de 5 centimes d’euros - sans modification du prix de vente de la canette donc - à chaque canette usagée rendue dans une machine placée dans un lieu public (ou un commerce), a exposé le ministre Di Antonio.

L’estimation du coût, pris en charge par Fost-Plus, serait de 250.000 euros pour deux ans (équipement, suivi, études, etc.), plus la partie variable non encore mesurable des 5 centimes par canette.

«Le projet vise les canettes abandonnées en bord de route, que les mouvements de jeunesse par exemple pourraient récolter, mais on sait qu’il y aura aussi un effet de collecte à la maison», note le ministre Di Antonio.

La consigne sur canettes est loin d’être abandonnée. Après débats, MR, cdH et PS ont approuvé la proposition de résolution de Dimitri Fourny demandant au gouvernement wallon d’organiser, après évaluation des projets-pilote à la mi-2020, la généralisation d’un système de consignation des canettes

source : sudinfo

Les commentaires sont fermés.