Comment n’acheter que des produits sains ?

Un site internet vous indique avec une signalétique claire quels aliments sont bons pour la santé et lesquels il vaut mieux éviter.

Pont-à-Celles,sudinfo,johnny,vandeplas,nouvelle,gazette,charleroi,2018, février,17,produit,sain,logiciel,food

Vous voulez acheter vos produits alimentaires mais ne savez pas s’ils sont bons ou pas pour votre santé? Un site internet, véritable encyclopédie collabo- rative, vous y aide. Et c’est facile d’utilisation.

Ce serait pourtant si simple: il suffirait que l’on colle sur les produits que l’on trouve dans nos supermarchés (ou, mieux, que ce soit intégré à l’étiquette) un code couleur et le consommateur saurait immédiatement si le produit est bon pour la santé. Le projet existe depuis longtemps. Et en octobre dernier, la France inaugurait enfin son «Nutri-score». Au départ, il s’agissait bien de faire apposer sur l’emballage un code très facile à décoder par les consommateurs. Mais le lobby agroalimentaire, qui voit tout cela d’un mauvais œil, a réussi à persuader les autorités françaises de rendre le Nutri-score facultatif. Toujours pas de feux verts, rouges ou orange, toujours pas de note de A (le meilleur pour la santé) à E (à éviter) sur les emballages de produits dans les magasins français. Le projet français intéressait aussi la Belgique, qui envisageait sérieusement de le transposer à notre pays. Mais pour le moment, dix mois plus tard, toujours rien. Au cabinet De Block, on nous répond que l’on analyse aussi d’autres sys- tèmes que le Nutri-score.

Heureusement, le Nutri-score existe quand même... sous forme électronique. Une initiative française qui s’appelle Open Food Facts et répertorie plus de 200.000 produits, pour lesquels le «Nutri-score» est calculé. Nombre de ces produits sont également vendus en Belgique et, selon le fondateur du site, environ 5.000 produits «belges» ont été aussi répertoriés. Tout cela fonctionne via des contributeurs (des citoyens comme vous et moi) qui scannent notamment les étiquettes des produits et donc, leur composition. Ensuite, la note nutritive est calculée, sur la base d’une formule mise au point par le professeur Hercberg, professeur de nutrition et membre du Programme national nutrition et santé (un plan de santé publique, tout ce qu’il y a de plus officiel). Une formule sérieuse, pour qui en douterait.

Article complet de BENOÎT JACQUEMART dans la Nouvelle Gazette du 17 février 2018

Sur Google Play rechercher "Open Food Facts"

Les commentaires sont fermés.