• Ce 28 février :Journée internationale des maladies rares

    Journée internationale des maladies rares

    Chaque semaine, 5 nouvelles pathologies touchant moins de 0,2% de la population sont découvertes dans le monde. En 2013, plus de 7 000 maladies rares différentes étaient identifiées en France. 80% de ces pathologies sont d’origine génétique, mais on dénombre également des maladies infectieuses.

    Ces nouvelles maladies, dites "rares" ou "orphelines" nous interpellent pourtant et, afin de sensibiliser le public à leur existence, des manifestations sont prévues dans 34 pays chaque 29 février, journée rare s'il en est*.

    Maladies en voie de banalisation

    Avec 30 millions de personnes concernées dans toute l'Europe, les maladies dites rares sont en voie de banalisation... paradoxe inquiétant. Cette montée en puissance a incité 34 pays du vieux continent à célébrer la première Journée européenne des maladies rares et ce depuis 2008.

    Destinée au grand public, cette journée poursuit trois objectifs :

    • sensibiliser le public européen aux maladies rares et à leurs répercussions sur la vie des malades
    • diffuser de l’information sur ces maladies
    • renforcer la collaboration européenne dans la lutte contre ce fléau.

    Peu de personnes en effet, connaissent aujourd'hui le lupus, le syndrome de Gougerot-Sjogren, la maladie de Huntington ou le syndrome de Vaquez.

    D’après la définition médicale, une maladie est considérée comme rare lorsqu’elle touche moins d’une personne sur 2 000, soit 0,2% de la population. Pour un pays de la taille de la France, cela équivaut à moins de 30 000 personnes atteintes d’une même maladie.

    Mal aimées de la recherche ?

    Le paradoxe des maladies rares est qu'elles peinent à trouver les financements pour que les chercheurs puissent mieux les cerner et les vaincre... les grands laboratoires sont malheureusement cadrés dans une logique de profit et ne peuvent consacrer les moyens suffisants aux maladies rares. Le jeu n'en vaudrait-il pas la chandelle ?

    Faisons mentir cette affirmation et remarquons que, dans plusieurs domaines, des institutions - publiques ou privées - relèvent le défi et se lancent dans des programmes ambitieux de recherche. Parmi elles, l'Institut de la Vision tient une place remarquable: centre de recherche européen pour les maladies oculaires, il regroupe 280 cliniciens et chercheurs qui participent au développement de nouvelles stratégies thérapeutiques pour lutter contre ces maladies dévastatrices.

     

    Le choix du 29 février fait de la journée européenne des maladies rares une journée rare dans la mesure où elle ne pourrait avoir lieu qu'une fois tous les quatre ans... en réalité elle sera fêtée le 28 février chaque fois qu'il n'y aura pas de 29 février !

    Un site à visiter : www.alliance-maladies-rares.org

  • Insolite : Tellement bourré… qu'il fait bugger l'éthylotest

    alcootest cassé.JPG

    Après une sortie bien arrosée, un Français a été contrôlé avec 4,4g d’alcool dans le sang. Un "superbe score" qui a étonné les policiers et qui a fait bugger leur éthylotest, qui ne dépassait pas une certaine limite…

    Nos confrères du journal Le Progrès relatent ce jeudi l’histoire "amusante" vécue par des policiers travaillant du côté de Sainte-Etienne.

    Un jour, vers 11h45 du matin (et oui!), ces derniers ont repéré une voiture très mal garée, à cheval sur la bande d’arrêt d’urgence et la bande de circulation. Il ne leur en fallait pas plus pour comprendre que le conducteur avait un coup dans le nez. Mais ils devaient en avoir le cœur net.

    Après avoir réveillé l’homme de 39 ans, ils l’ont donc fait "souffler dans le ballon". Un "ballon" qui n’a jamais voulu fonctionner. Et pour cause, le taux d’alcoolémie du bonhomme s’élevait à 4,4g d’alcool dans le sang, c’est-à-dire au taux supérieur à la limite de l’appareil.

    Le conducteur a donc dû être emmené au commissariat, où une prise de sang a été effectuée, permettant d’établir ce taux.

    Il n’empêche, certaines personnes sont tout de même fort résistantes…

  • Luttre Basket: Demain, finale de la coupe du Hainaut

    pont-à-celles,luttre,basket

    Deux de nos équipes de jeunes en finale de la Coupe du Hainaut le samedi 28 février à la Mons Arena :
     
                                               11h00   Luttre Cadets   -   Mouscron.
                                           13h00   Luttre Pupilles  -  Olympic.
     
    Adresse de la salle : Mons Arena, rue des Laminoirs 2 à 7012 Mons (Jemappes)  

  • Comment demander une surveillance habitation pendant ses vacances (gratuit)?

    surveillance police.JPG

    Vous prévoyez un séjour en Belgique ou à l'étranger ou vous serez absent durant une longue période ? Assurez-vous que votre maison ne soit pas la cible des cambrioleurs.

    Il existe des mesures de prévention simples à mettre en place mais la Police peut garder un œil sur votre maison durant votre absence. Ce service est gratuit.

    Comment demander une surveillance habitation ?.

    • Via police-on-web.
    • En retirant un formulaire dans un commissariat.

    Durant votre absence, les policiers passent régulièrement devant votre domicile, de jour comme de nuit. Lorsque des problèmes ou des irrégularités sont détectés, la Police prend contact avec les personnes que vous avez désignées dans votre demande.

    Consultez notre check-list des choses à faire ou à vérifier avant de partir en vacances. Vous pouvez également prendre contact avec un conseiller en techno-prévention afin d'obtenir des conseils sur la protection de votre maison contre les vols.

  • Truc anti-crise : Des fringues Lidl en mars

    lidl vetements.JPG

    C’est officiel. Après l’Angleterre, c’est en Belgique que vont débarquer des vêtements griffés Lidl. La date de lancement est fixée au 9 mars prochain, et l’action durera une quinzaine de jours dans les 300 magasins du groupe. De quoi permettre à la marque de mesurer l’intérêt des clientes belges vis-à-vis de ces pièces tendance, aux coupes et aux couleurs modernes.

    Comment s’habiller de la tête aux pieds pour moins de 60 euros ?

    Lidl entend bien répondre à la question avec sa nouvelle collection de vêtements. Celle-ci sera disponible pour les clientes anglaises fin février. Et bonne nouvelle : deux semaines plus tard, le 9 mars, elle débarquera dans les 300 magasins du groupe en Belgique.

    Les clientes belges pourront aussi découvrir, en primeur, la ligne de lingerie dessinée par Lidl à partir de cette date. Après l’alimentaire, le groupe entend proposer à ses clientes de s’habiller bien, pour pas cher. Cela devrait plaire.

    Les pièces disponibles chez nous ? Lidl reste discret. Mais le style s’inspirera fortement de ce qui se fait déjà outre-Manche. Une collection de 14 pièces a été imaginée pour les fashionistas averties, soucieuses de leur look et de leur portefeuille. Elles présentent une coupe moderne et tendance, des couleurs et modèles à la mode, le tout pour un prix modique puisque l’idée est de pouvoir s’habiller de la tête aux pieds pour... 60 euros.

    Que retrouve-t-on dans cette collection ?

    Des jeans ou leggings, des robes et des pulls qui affichent des prix allant de 7 à 10 euros environ, un trench coat tendance à 20 euros pour se protéger de la pluie printanière, des ballerines à 7 euros… L’engouement est tel chez nos voisins anglais que Lidl a d’ores et déjà annoncé qu’il prévoyait une collection de bijoux et d’accessoires (dont des lunettes de soleil) pour les prochaines collections.

    Pour la Belgique, ces vêtements seront en rayon pendant 15 jours seulement. Il s’agit d’une première action, afin de mesurer aussi l’intérêt des clientes pour ce nouveau secteur. En parallèle, le 9 mars, Lidl proposera sa nouvelle ligne de lingerie pas cher. Là aussi, si l’intérêt est fort, on peut prévoir que la marque ne tardera pas à proposer de nouvelles pièces aux clientes belges.

     

    Source : sudpresse 11 février 2015 article de L. PIRET

  • 57% DES BELGES SANS DÉTECTEUR DE FUMÉE, CET ÉQUIPEMENT POURTANT OBLIGATOIRE...

    detecteur fumée.jpg

    La Belgique a l’un des taux d’accidents liés à des incendies domestiques les plus élevés d’Europe. Nos proches voisins sont davantage équipés que nous en détecteurs.

    Selon une étude réalisée par l’expert en incendie Tim Renders, moins de la moitié des Belges (43%) ont équipé leur habitation d’un détecteur d’incendie. Ce dispositif est pourtant obligatoire depuis juillet 2006 dans les logements individuels. « En Belgique, nous observons un écart manifeste avec nos pays voisins, quant à la prise de conscience de l’importance des détecteurs de fumée », explique Tim Renders, par ailleurs coordinateur de projet au SPF Intérieur. Aux Pays-Bas, le taux d’équipement est de 69% et de 89% au Royaume-Uni. La Belgique a l’un des taux d’accidents liés à des incendies domestiques les plus élevés en Europe.

    La Fédération belge des pompiers estime que le pourcentage est plus élevé que 43%, mais relativise. « En Wallonie, on atteint 60% d’habitations équipées en comptant les logements sociaux... Mais cela ne signifie pas que ces dispositifs fonctionnent réellement », indique Marc Gilbert, président de l’aile francophone. « Les piles de l’appareil peuvent être à plat, ou tout simplement retirées pour alimenter le jouet du gamin », ajoute le spécialiste. Il regrette qu’il n’y avait pas vraiment de politique de contrôle: «Les pompiers ne sont pas habilités à le faire et les arrêtés de la Région sont incomplets», souligne-t-il.

    UNE PARTIE DES APPAREILS INSTALLÉS NE SONT PLUS EN ÉTAT DE MARCHE

    « Nous contrôlons la présence d’un détecteur dans trois cas de figure », indique Christophe Corouge du Service public de Wallonie. C’est le cas lorsqu’il y a une enquête pour insalurité ou le dépôt d’une demande pour mettre en location un kot ou un meublé.», détaille le porte-parole du SPW. Le troisième cas de figure concerne les dossiers de primes à la rénovation. Un expert est envoyé à domicile pour vérifier la présence d’un détecteur. « Sans ce détecteur, la prime n’est pas octroyée », précise Christophe Corouge. « En fait, l’inspecteur ne fait que cocher une cache. Il ne s’assure pas toujours que l’appareil est en état de marche ou est correctement positionné », réagit Marc Gilbert. « En fait, c’est comme si on disait aux gens de ne pas passer au feu rouge, mais en leur donnant l’assurance qu’il n’y aura jamais un policier ou un radar pour verbaliser. Ce n’incite pas à respecter la loi », ajoute le président des pompiers.

    Pour lui, le détecteur sauve régulièrement des vies. C’était encore le cas voici quelques jours à Chimay où une famille a été réveillée par l’alarme alors que leur maison brûlait.

    source article sudpresse + YANNICK HALLET

  • Luttre: Omelette au lard au profit du "Gai Logis"

    pont-à-celles,une,nouvelle,gazette,charleroi

    Quelques mots sur le "gai Logis"

    Ils accomplissent les 4 missions suivantes sur mandat d'un service de l'Aide à la Jeunesse, d'un Service de Protection Judiciaire ou d'un Tribunal de la jeunesse :

    - Accueil de jeunes dans le cadre d'un travail avec la famille

    - Réinsertion en famille à la suite d'un accueil

    - Accompagnement de jeunes en logement supervisé

    - Accueil d'urgence pour une période de 5 jours ouvrables maximum (dans le cadre d'un projet pilote)

     Le service d'aide et d'intervention d'aide éducative (S.A.I.E) :

     D'une capacité de prises en charge de 16 situations et 3 situations dites "post I.P.P.J" (Institution Publique de la Protection de la Jeunesse), nous accomplissons les missions suivantes :

     - Le suivi en famille (le jeune est dans sa famille)

     - Le logement autonome

  • Radars & contrôles dans le grand Charleroi ce 25 février 2015, roulez prudemment !

    pont-à-celles,radar,nouvelle,gazette,charleroi,vitesse,contrôle

    vitesse excessive, non port de la ceinture, alcoolémie, défaut de permis, d’assurance ou de contrôle technique)

    - Couillet : rue des Haies

    - Dampremy : chaussée de Bruxelles

    - Gilly : chaussée de Fleurus, chaussée de Ransart, rue des Auduins

    - Jumet : rue Louis Lambert

    - Marcinelle : avenue Mascaux

    - Monceau-sur-Sambre : rue de Roux

    - Montignies-sur-Sambre : chaussée de Namur

    - Mont-sur-Marchienne : avenue Paul Pastur