Me pardonnez-vous ? L'orthographe, l'un des gros problèmes chez les... futurs enseignants

Didier Swysen

Geneviève Cattiez, directrice de la Haute École Galilée qui forme des enseignants à Bruxelles, l’admet: "la maîtrise de la langue est le gros problème des étudiants qui débarquent chez nous."

Votre enfant rentre de l’école et vous demande s’il y a deux «t» à «frites», «parce que Monsieur l’a écrit comme ça au tableau». Malaise!

Idem pour ces consignes d’examen qui se moquent des accords («on développe de nouveau centre») ou des genres («quelle genre d’individus»). Cerise sur le gâteau, l’invitation à faire attention aux «fautes d’orthographes».

Des exemples qui nous ont donné l’idée de contacter Geneviève Cattiez, directrice de la Haute École Galilée, qui forme des enseignants à Bruxelles. « La maîtrise de la langue est la seule matière où il faut 12/20 chez nous, c’est là aussi qu’il y a le plus d’échecs. On n’arrive pas à rattraper tout le retard», explique-t-elle « On travaille l’orthographe dans le secondaire inférieur et la littérature dans le supérieur. Les étudiants ont oublié toute une série de choses quand ils arrivent chez nous.»

Florence Brasseur enseigne à l’Institut supérieur d’enseignement pédagogique de Mons-Morlanwelz et elle confirme cette orthographe « hésitante » des étudiants, en première année. « Je refuse de dissocier l’orthographe des autres composantes de l’écriture. Les étudiants n’ont pas conscience de ces difficultés et c’est une grosse claque quand ils s’en rendent compte. C’est lié à leur conception de l’écriture, qui leur sert plus à s’exprimer qu’à communiquer. Ils ne pensent pas qu’ils écrivent pour les autres…»

Un sujet à découvrir dans les journaux du groupe Sudpresse de ce samedi 11 janvier ou dans nos éditions en PDF.

"Mint'nent fo pa setoné ke je fé des  fote"

 

Illustration Photonews

Les commentaires sont fermés.